La pêche au vif

La pêche au carnassier

La pêche au vif

Il faut savoir que les brochets, les sandres et les perches se nourrissent exclusivement ou presque, de petits poissons. En effet, les carnassiers avalent jusqu’à 3 poissons par jour en été (la digestion est plus rapide par forte chaleur).

brochet au vif

La pêche au vif offre donc beaucoup de chances d’attraper ces carnassiers. Il existe plusieurs techniques de montages et d’eschages.

Pour le sandre et la perche, la finesse et la discrétion du montage sont à privilégier. Le bas de ligne doit être en nylon, kevlar ou tresse. Pour le brochet, il faudra opter pour un bas de ligne en acier ou acier gainé de Kevlar. Les centaines dents acérées du brochet sont redoutables. Les puristes pêchent les brochets avec du crin de 50/100.

sandre au vif

Une canne de 3.5 à 4.5 mètres est suffisante. Les cannes en carbone et en action de pointe sont extra. Le moulinet doit être pourvu d’un bon frein. Une épuisette suffisamment large facilite la capture. Le seau à vif est indispensable pour garder vos petits poissons vivants (gardons, ablettes, vairons, goujons, carpeaux….).

La ligne plombée :

Il suffit d’un plomb ( olive de 20 à 50 gr), d’un émerillon et d’un bas de ligne sur lequel sera fixé un hameçon ( 4 à 6) simple. Ce montage convient pour les lancés éloignés. Le sandre se pêche en discrétion avec un vif au fond de l’eau. On peut fixer un morceau de tube pour éviter les emmêlages.

L’eschage loché :

Pour locher un poisson, on se sert d’une aiguille à locher. Il fait piquer le poisson en avant de la nageoire dorsale, faire glisser l’aiguille sous la peau et la faire ressortir en arrière de la nageoire dorsale, avant d’entrer le triple sous la peau.

La ligne flottante :

Ce montage convient aussi bien pour les lacs que pour les rivières. Le flotteur ou bouchon coulissant permet de faire varier la profondeur de la ligne et d’explorer les caves et les fosses. Il faut monter un stop fil sur le cors de ligne à la profondeur souhaitée. Une fois dans l’eau, le flotteur remonte jusqu’au stop fil et se redresse. On peut aussi, prévoir large afin que le vif ne rencontre pas trop de résistance. Le carnassier, emportera sa proie et fera couler le flotteur.

Montage pater-noster :

Ce montage utilise un émerillon à trois branches. La branche du haut est relié au corps de ligne, celle du bas au plomb. . La branche latérale est reliée au bas de ligne, le vif peut évoluer autour de l’axe formé dans un périmètre qui dépende de la longueur du bas de ligne.

Eschage Stewart :

Ce montage favorise les ferrages à la touche. Cela est bien commode sur les postes avec des obstacles (branche, tronc etc…). Ce montage comprend un hameçon triple sur le dos et un simple à la gueule.

Ce contenu a été publié dans La pêche au vif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.