Présentation de l’Hérault

Généralités sur l’Hérault :

Le département de l’Hérault (en occitan Erau) est un département français qui tire son nom de l’Hérault, un fleuve côtier qui le traverse. Le département compte 1 001000 habitants, il s’étend sur 6243 kilomètres carrés, il est composé de 343 communes. Les habitants sont nommés les Héraultais. L’Insee et la Poste lui attribuent le code 34. L’occupation d’humains et avant eux d’hominidés y est très ancienne, puisque c’est dans ce département, à Lézignan-la-Cèbe qu’ont été trouvé les traces les plus anciennes d’activités d’hominidés (1,57 millions d’années, (civilisation du galete).

Histoire : Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de l’ancienne province de Languedoc. Il comprend les pays du Biterrois, de l’Espinouse, du Lodèvois, du Montpelliérais et une partie du Larzac. Le département de l’Hérault a connu un effondrement de son industrie viticole au début du XX.me siècle; la mévente du vin, alliée à une maladie des vignes a poussé à la révolte des milliers de vignerons modestes. Le mouvement a été durement réprimé par le gouvernement de Georges Clemenceau. Le gel catastrophique de l’hiver 1956 a ruiné la culture de l’olive, qui ne redevint prospère qu’à partir de la fin des années 1980. Les coopératives oléicoles de Lodève, de Pignan, d’Aniane et bien d’autres fermèrent leurs portes, seule celle de Clermont-l’Hérault resta en activité. Depuis la deuxième moitié du XX.me siècle, le bassin de Montpellier connait l’une des plus fortes croissances démographiques en France. La préfecture de l’Hérault est Montpellier; ses sous-préfectures sont Béziers et Lodève. De 1945 à 1979, le conseil général a été présidé par Jean Bène (PS). Par la suite, la majorité de gauche du Conseil général a longtemps été dirigée par Gérard Saumade (1979-1998), c’est aujourd’hui le socialiste André Vezinhet qui lui a succédé. Le département de l’Hérault fait partie de la région Languedoc-Roussillon. Il est limitrophe des départements de l’Aude au sud-ouest, du Tarn et de l’Aveyron au nord-ouest et du Gard au nord-est, et est bordé par la Méditerranée au sud-est. Parmi les cours d’eau du département, d’ouest en est, on trouve les fleuves suivants : l’Aude, l’Orb, l’Hérault, le Vidourle forme la limite avec le département du Gard. Plusieurs cours d’eau côtiers existent également, avec dans la région de Montpellier : la Mosson, le Lez On trouve aussi de nombreux lacs artificiels. Le département est bordé au Sud par 87 km de côtes méditerranéennes et au Nord par les contreforts des Cévennes occidentales ou massif du haut Languedoc .

Le département abrite de nombreux sites naturels relativement préservés, même si une partie de la richesse encore présente aux 18ème et 19ème siècles a disparu. Le loup, la genette étaient encore présents au premier quart du 19ème siècle, et – à titre d’anecdote – bien que très improbable, Canis lycaon. Linn (le Loup noir nord-américain) est cité dans l’inventaire « Statistique du département de l’Hérault » par Hippolyte Creuzé de Lesserpèce qui écrivait en 1824 que « selon quelques chasseurs, se serait trouvée dans des bois de chêne vert ou d’yeuse, qui croissent sur les montagnes de calcaire compacte, soit à l’Ouest, soit au Nord du département de l’Hérault ». « Je suis loin d’assurer ce fait » précise-t-il. Il n’émet par contre aucun doute sur la disparition du cerf élaphe, et insiste sur la très grande richesse du département en oiseaux, et notamment en rapaces à cette époque : « (…) Ces nombreux végétaux qui couvrent notre sol comme la grande quantité d’insectes que fait naître la chaleur active de notre climat, favorisent singulièrement la propagation des Oiseaux, en leur procurant une nourriture abondante ; et cette,cause a sans doute la plus grande influence sur le nombre et la multiplicité de nos espèces ; de même le voisinage où nous sommes des Pyrénées et des montagnes des Cévennes, attire dans notre département une infinité d’Oiseaux de proie, particuliers à des latitudes plus élevées que les nôtres, ou, pour mieux dire, d’une élévation bien supérieure à celle de nos montagnes. »  Le département comptait, au mois de juin 2002, 52400 demandeurs d’emploi. En 2003 le taux de chomage était de 14,9%.

Le Languedoc-Roussillon compte,14 Arrondissements,  186 Cantons,  1545 Communes,  le Conseil régional de Languedoc-Roussillon  était Présidé par Georges Frêche (décédé en 2010), le Préfet de la région est Claude Baland,la population est de 2548000 hab (2007),   la Superficie de la région est de 27376 km2. Le Languedoc-Roussillon est une région française composée de cinq départements. Elle est bordée au sud par l’Espagne, Andorre et la mer Méditerranée (le golfe du Lion), et les régions françaises suivantes : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Auvergne, Midi-Pyrénées. Plusieurs éléments naturels la limitent : les Pyrénées, puis le seuil du Lauragais, les Cévennes et le fleuve Rhône. Plusieurs géographes ont parlé d’un amphithéâtre tourné vers la mer en parlant des montagnes et des plaines languedociennes et roussillonnaises. Les langues de la région sont en plus du français l’occitan (languedocien, auvergnat, provençal) et le catalan. Le nom de la région se dit en occitan Lengadòc-Rosselhon, en  catalan Llenguadoc-Rosselló. La province du Languedoc tient peut-être son nom de la langue parlée dans le Sud de la France, « la langue d’oc », ce qui donne, par rapprochement des 3 termes, Languedoc.

Après son élection à la tête de la région Languedoc-Roussillon en 2004, Georges Frêche avait lancé l’idée de changer le nom de la région en « Septimanie », terme qu’il estimait plus judicieux que son ancienne désignation, issue des travaux de la DATAR. Le Conseil régional a commencé à utiliser ce nom très largement. Il a toutefois rencontré une franche opposition d’une large population, surtout chez les Catalans dans les Pyrénées-Orientales qui estimaient, que le nom « Septimanie » pourrait nuire à l’identité catalane et nier la double identité culturelle présente dans la dénomination même de Languedoc-Roussillon. De plus, l’ancienne Septimanie ne recouvrait pas exactement les limites du Languedoc-Roussillon actuel, spécialement le Gévaudan qui est aujourd’hui le département de la Lozère. Cette opposition, cristallisée par plus de 45000 signatures recueillies par les catalans et une manifestation rassemblant 8000 personnes à Perpignan, le 8 octobre 2005, ont conduit Georges Frêche à renoncer à ce changement de nom.

A la fin du premier siècle avant J.-C. un peuple celtique, les Volques, prend ses quartiers dans la région du Rhône à la Garonne, des Cévennes aux Pyrénées. Ils ont pour capitale Toulouse et Nîmes. On assiste à une première structuration du territoire. Ils pactisent avec les Romains dès le Ier siècle avant J.-C. Narbonne est créé pour pacifier la province en -118 et devient la capitale de la Narbonnaise. Au début du cinquième siècle, les Vandales envahissent la province puis, les Wisigoths s’y installent. La région de Narbonne comme l’Espagne reste wisigothe jusqu’à leur chute devant les Maures en 719. La région est conquise par Charlemagne et la nomme marche de Gothie, incluse dans le royaume d’Aquitaine crée en 778. Ce vaste territoire englobe tout le sud du Rhône jusqu’à l’Atlantique est légué par Charlemagne à son fils Louis le Pieux en 781. L’administration est confiée aux comtes de Toulouse. À l’époque féodale a lieu une grande fragmentation politique : les comtés de Roussillon et de Cerdagne passent dans l’orbite des royaume d’Aragon, alors que le Bas-Languedoc passe sous la domination de la maison Trencavel et leurs rivaux les comtes de Toulouse. Raimond IV dit Raimond de Saint Gilles (1042-1115) atteint par mariage l’objectif de réunification en agrandissant son état au comté de Rouergue, de Nîmes, de Narbonne, du Gévaudan, d’Agde, de Béziers et d’Uzès. La lutte contre le catharisme et la Croisade des Albigeois entraine l’extinction de la dynastie des comtes de Toulouse. La province est réunie au royaume de France en 1271. De là est né le Languedoc royal qui va persister jusqu’à la Révolution française. Le traité de Corbeil a entériné en 1258 la division avec les territoires du Sud de la région. Les Corbières formèrent la frontière entre le royaume de France et le royaume d’Aragon. En 1659, le traité des Pyrénées entraine l’annexion du Roussillon et le Nord de la Cerdagne au royaume de France. Sept soleils réunis en un seul composent le logotype de la Région, depuis octobre 2005. Ils symbolisent son rayonnement, son mouvement, son avenir. Le logotype est constitué d’un fond rouge, du motif des 7 soleils, et de l’appellation « la Région Languedoc Roussillon »La région Languedoc-Roussillon comporte cinq départements : l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. Elle a pour chef-lieu Montpellier, qui est également chef-lieu de l’Hérault. Celui-ci compte deux chefs-lieux d’arrondissement, Béziers et Lodève. Le département de l’Aude a pour chef-lieu Carcassonne et pour chefs-lieux d’arrondissement Limoux et Narbonne. Le département du Gard, dont le chef-lieu est Nîmes, a deux chefs-lieux d’arrondissement : Alès et Le Vigan. Le département de la Lozère a pour chef-lieu Mende et pour seul chef-lieu d’arrondissement Florac. Enfin les Pyrénées-Orientales ont Perpignan pour chef-lieu, Céret et Prades pour chefs-lieux d’arrondissement. La commune la plus peuplée est Montpellier dans l’Hérault (251634 habitants) et la moins peuplée est Caunette-sur-Lauquet dans l’Aude (5 habitants). La commune la plus vaste en superficie est Narbonne dans l’Aude (17296 hectares) et la plus petite est Mont-Louis dans les Pyrénées-Orientales (39 hectares). La commune la plus au nord est Paulhac-en-Margeride  (Lozère) La commune la plus au sud est Lamanère  (Pyrénées-Orientales) • La commune la plus à l’est est Villeneuve-lès-Avignon  (Gard) • La commune la plus à l’ouest est Molandier  (Aude) Le point culminant est le Pic Carlit dans les Pyrénées-Orientales (2921m).

La politique en Languedoc-Roussillon a longtemps été dominée par l’opposition entre deux personnages : Jacques Blanc (président du conseil régional pendant dix-huit ans) et Georges Frêche, son adversaire socialiste qui lui succède en mars 2004. Les ministres Claude Allègre et Jean-Claude Gayssot sont originaires de la région. Maires des principales villes : Montpellier : Hélène Mandroux (PS) Nîmes : Jean-Paul Fournier  (UMP, sénateur) Perpignan : Jean-Marc Pujol (UMP) Béziers : Raymond Couderc (UMP, sénateur) Narbonne : Jacques Bascou (PS, Député) Carcassonne : Jean-Claude Perez (PS, Député) Sète : François Commeinhes (UMP, Conseiller général) Alès : Max Roustan (UMP Député) Lunel: Claude Arnaud (Divers droite) Agde : Gilles d’Ettore (UMP, Député) Bagnols-sur-Cèze : Jean-Yves Chapelet (PS) Mende : Alain Bertrand (PS, Conseiller régional)

La région Languedoc-Roussillon est très contrastée et n’a pas d’unité géographique et culturelle. Elle s’étend sur des ensembles naturels distincts et se trouve être le résultat d’un découpage administratif arbitraire ( le sud du Gard étant tourné vers la Provence ; l’Aude et l’extrême ouest héraultais vers Midi-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales et le Roussillon appartenant , en grande partie, à la Catalogne Nord. Seul le cordon littoral assure une certaine unité . La plaine littorale contraste avec les zones montagneuses de la moyenne montagne cévenole aux Pyrénées en passant par les Grands Causses. Les côtes rocheuses des Pyrénées alternent avec les longues plages de sable protégeant de vastes étangs (étang de Thau, de Vendres, du Méjean…).

L’unité de la région Languedoc-Roussillon est davantage climatique que géographique, malgré des nuances sensibles. La région relève majoritairement du climat méditerranéen. La principale nuance de climat méditerranéen est constituée par les Causses de Lozère, où l’hiver est très rigoureux, ponctué même quelquefois de véritables tempêtes de neige. Les températures d’été elles-mêmes ne sont pas excessives, sauf dans le fond des gorges. Le prolongement naturel de ces reliefs, les Cévennes, est, quant à lui, fortement arrosé. Cette barrière montagneuse est la première rencontrée par les pluies méditerranéennes, qui s’y déversent. Ainsi, le massif de l’Aigoual, qui reçoit plus de 2 m d’eau par an (avec un record européen de 950 mm en 24h), reste même frais en été. L’Aubrac et la Margeride présentent respectivement des influences océaniques et semi-continentales. Le climat de l’Aubrac n’apparaît pas méditerranéen mais plutôt océanique de montagne à influence méditerranéenne (comme la Planèze de Saint-Flour) En revanche, le bas Languedoc-Roussillon ont en commun des étés très chauds. La moyenne des températures des mois d’été est la plus élevée de France à Perpignan (22,3 °C), mais Montpellier n’est pas en reste avec 23,7 °C en juillet et des records allant jusqu’à 42,9 °C. Le nombre d’heures d’ensoleillement est exceptionnel avec un record à Montpellier de 369 heures d’insolation en juillet. À l’inverse, les hivers sont doux (Perpignan : 6,7 °C en janvier, Montpellier : 5,6 °C), même si la violence des vents continentaux (mistral (à l’est de Montpellier) et tramontane (à l’ouest de Montpellier) ), desséchants et froids, peut brutalement faire varier les températures d’hiver et des intersaisons. Les précipitations sont caractéristiques elles aussi du climat méditerranéen puisqu’elles se produisent pour l’essentiel aux intersaisons et sous forme d’averses violentes; il pleut davantage à Montpellier qu’à Paris et à peine moins qu’à Brest, mais ces pluies sont concentrées sur un nombre de jours inférieurs de moitié (752 mm en 90 jours à Montpellier; 440 mm annuels à Salses, en Roussillon). Ces pluies brutales peuvent être dramatiques pour les sols après une longue période de sécheresse, ravinant la terre et provoquant des inondations. Ces caractéristiques méditerranéennes sont même largement partagées par les reliefs pyrénéens du sud de la région, où elles pénètrent par les vallées. Ainsi la Cerdagne ou le Vallespir bénéficient, elles aussi, d’un ensoleillement remarquable. Les hautes montagnes ne connaissent qu’un enneigement tardif.

Ce contenu a été publié dans Le département de l'hérault. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.