Saint-Hippolyte-du-Fort

Saint-Hippolyte-du-Fort est situé sur les premières marches des Cévennes à 50 kms de Nîmes comme de Montpellier d’ailleurs. La ville doit son nom au fort construit par Vauban pour surveiller les « camisards » (les révoltés protestants) en 1704.

Pourtant, les habitants de l’ancien village comme du nouveau s’appellent les Cigalois. D’ailleurs, Saint-Hippolyte-du-Fort est parfois nommé la cité cigaloise. Une vieille légende dit que les Sauvains du village voisin plus en aval sur le Vidourle les auraient surnommés « cigalois » après un mauvais tour qu’ils leurs auraient joué. Les Sauvains auraient demandé à leurs voisins de leur apporter le maximum de cigales qui chantent mais seulement des femelles. Or seuls les mâles chantent. Les Sauvains ont refusé d’acheter toutes les cigales et se sont moqués fort longtemps de leurs voisins en les surnommant les « cigalois ». D’autres versions existent mais elles mettent encore en scène des Sauvains facétieux qui prétendaient qu’il n’y avait pas de cigales chez leurs voisins qui se sont fait avoir comme dans la première version…

Les habitants ont gagné un joli nom au couleur du soleil que l’on envie tous.

Les Cigalois possèdent un magnifique village ensoleillé, preuve en est, un nombre important de cadrans solaires. Il est, en outre, parsemé de nombreuses fontaines. On a donc l’avantage de la chaleur et de la fraîcheur!

La fraîcheur est due également à la position de Saint-Hippolyte-du-Fort sur le Vidourle qui a permis à la ville de posséder une riche activité textile et donc de nombreuses filatures réputées.

La ville a connu la prospérité avec la sériculture comme d’autres villes cévennoles comme la capitale des Cévennes : Alès. La mémoire en est encore présente puique l’on peut visiter un très joli écomusée de la soie qui permettra d’en apprendre un peu plus sur l’élevage du ver à soie et sur le tissage.

Présent également, le musée du sapeur-pompier. Ce dernier présente une importante collection d’équipements et de véhicules sur 750 m2. A visiter, également.

Ce contenu a été publié dans Le Gard cévenol. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.