Villeneuve-lès-Avignon

L’histoire de Villeneuve-lès-Avignon est liée à celle d’Avignon avec laquelle elle a eu des rapports assez conflictuels et ambigus.

D’ailleurs la ville s’appelait à l’origine Villeneuve-Saint-André du nom de l’abbaye du même nom fondée avant l’an Mil. Les Villeneuvois passent rapidement sous la domination des Avignonnais, non sans heurts. Ce n’est que durant la croisade des Albigeois lorsque l’abbé  propose un relais aux armées royales qui assiégeaient Avignon que Villeneuve-lès-Avignon retrouve une indépendance sous la tutelle royale. Les constructions du fort Saint-André et la tour Philippe le Bel trouvent ainsi leur justification dans la volonté d’affirmer le pouvoir royal face à l’Empire germanique et aux papes d’Avignon.

Le fort Saint-André est constitué d’une enceinte fortifiée, flanqué de tours de guet et d’une porte monumentale encadrée par deux tours jumelles, du haut desquelles on a une vue panoramique sur Avignon, la vallée du Rhône, le Mont Ventoux, les Alpilles et Villeneuve-lès-Avignon .

La tour Philippe le Bel, toujours en état, est placée près du vieux port complétait les fortifications royales.

Le célèbre pont d’Avignon : le pont Saint-Bénezet ne compte plus que quelques arches mais mérite l’attention ne serait-ce par curiosité car il a été rendu célèbre par la chanson.

La Chartreuse du Val-de-Bénédiction est un magnifique monastère fondé par le pape Innocent VI. Il abrite le Centre national des écritures du spectacle.

Il y a également la collégiale Notre-Dame complétée par le clocher beffroi, des résidences des cardinaux fuyant la peste. Bref, il y a énormément de monuments du XIV siècle

On pourra enfin visiter le musée Pierre de Luxembourg qui possède une importante collection d’art dont une pièce est une statue en ivoire de la Vierge taillée dans une défense d’éléphant.

Ce contenu a été publié dans Au bord du Rhône, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.