Le château de Puivert

Le château de Puivert (Puègverd en occitan) est un château dit cathare situé sur la commune de Puivert, dans le département de l’Aude. Ce bâtiment, posé sur une colline surplombant le village et son lac, culmine à une altitude de 605 mètres. Le site se trouve dans la région du Quercorb, à 60 kilomètres au Sud de Carcassonne et à 45 kilomètres à l’Est de Foix. La construction daterait du XIII.me siècle. Les premières mentions de l’édifice remontent à 1170 : il appartient alors à la famille de Congost, au moment de la croisade des Albigeois. Ces seigneurs pratiquaient le catharisme et étaient montrés comme des hérétiques. Ainsi, en novembre 1210, le château subit un siège de quelques jours par l’armée de Thomas Pons de Bruyère, lieutenant de Simon de Montfort et Puivert devient une possession française. Un effondrement du barrage naturel retenant les eaux du lac au pied du site provoque la destruction d’une partie de la ville de Mirepoix, située à 30 km au nord, dans l’Ariège, en 1279. Au début du XIV.me siècle, Thomas de Bruyère, petit-fils de Pons et sa femme, Isabelle de Melun, font reconstruire le « nouveau château », à l’est du Castèl vièlh (Vieux Château) dont les vestiges sont toujours visibles. Les armoiries d’Isabelle de Melun, fille d’un grand chambellan de France, étaient d’ailleurs toujours installées dans l’ancien édifice. La remise en forme du bâtiment lui a donné le caractère symbolique et pittoresque que l’on peut observer. Sa classification comme Monument historique date de 1907. Depuis sa vente en 1996 par la famille de Puivert, le château a servi à de nombreux tournages (La Neuvième porte, Le Peuple migrateur, La Passion Béatrice…) grâce à son donjon très bien conservé. Au quatrième étage du donjon se trouve la salle des musiciens. Elle porte ce nom car huit sculptures très fines de musiciens avec leurs instruments sont représentés sur les culs-de-lampe de la pièce. En effet, une histoire indiquerait que la ville de Puivert a accueilli au XII.me siècle une célèbre rencontre de troubadours. Les instruments visibles dans la salle sont la cornemuse, la flûte, le tambourin, le rebec, le luth, la guiterne, l’orgue portatif, le psaltérion et la vièle.le musée du Quercorb,expose les reconstitutions de l’instrumentarium, un deuxième exemplaire fut reconstituée de la cornemuse (chevrette)du château de puivert en 2010, lors de l’anniversaire de la prise du château et présentée par nicolas dedieu musicien du groupe OC et jouée au château lors du concert OC-CATHARES EPISODE 1 ce modèle est le seul au monde joué et exposé au grand public,de pâles copie ont eu lieu sur cette cornemuse, mais la rareté du travail et sa complexité, ont fait que seul le luthier qui réalisa celle du musée et celle de nicolas dedieu, ai pu réaliser cette prouesse,et reste le seul modèle au monde. Les fonctions du château sont guerrières : le guet et la défense, contrairement aux bâtiments construits à cette époque qui avaient plutôt des buts religieux. L’enceinte s’étend sur une longueur de 175 mètres. Le plan de celle-ci est rectangulaire, elle est percée d’archères et son fossé qui le séparait du plateau est pratiquement invisible de nos jours. L’entrée à l’intérieur de la cour se fait par une tour-porte carrée, située au centre de la courtine Est. Il subsiste 5 tours des 8 initiales : une ronde, lisse, à l’angle nord-est ; une ronde à bossage au milieu du front nord ; une tour au plan carré, avec une tourelle en encorbellement, sur le côté oriental, reliant les deux derniers étages ; les restes d’une tour ronde au sud-est ; le donjon (partie la mieux conservée du château) ; En plus de la porte centrale située sur le mur oriental, deux autres portails sont présents : un sur l’angle défendu par le donjon, c’est-à-dire l’angle nord-ouest ; un autre au sud du donjon qui permet d’accéder au vieux château ; La surface au sol (basse-cour) du site est très grande : 3200 m² à l’intérieur des murs ! Le donjon est la partie la mieux conservée de l’édifice, de forme carrée, il mesure 15 mètres de côté et 32 mètres de haut. Il était initialement attenant du logis seigneurial. Sur la partie ouest de la tour, on peut observer des morceaux de pans de murs perpendiculaires, ainsi que des portes, donc on en a déduit que les habitations étaient accolées à cette paroi. Le donjon est composé de : deux niveaux inférieurs : partiellement souterrains, ils se trouvent sous le donjon. Le plafond est composé de berceaux brisés ; un troisième niveau : accessible par une porte couverte en arc brisé, c’est la chapelle qui s’y trouve. La salle est décorée de colonnettes, de moulures et de blasons. Le plafond est voûté d’ogives, avec des culots sculptés. Sur les murs, on trouve une piscine liturgique, ainsi que des fenêtres trilobées. un quatrième étage : une pièce voûtée d’ogives sur culots, sculptés de figurines profanes jouant des instruments de musique. Cette pièce a ainsi été nommée : « Salle des Musiciens ». Son éclairage se fait grâce à trois fenêtres semblables à celles de la chapelle. le cinquième et dernier étage : la plate-forme défensive, à l’époque bordée par un crènelage, nous permet de découvrir une vue magnifique de la région du Quercorb.

Ce contenu a été publié dans Pays de la Haute-Vallée-de-l'Aude. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.