La Catharisme et Carcassone

Le catharisme atteint Carcassonne qui aura beaucoup d’adeptes dans ses murs. Les cathares étant protégés par le vicomte Raimond-Roger Trencavel, la ville devient terre d’hérésie aux yeux du pape. En conséquence, elle subira de plein fouet les feux de la croisade dirigée par Simon de Montfort. C’est ainsi qu’au mois d’août 1209, l’armée des Croisés met le siège devant Carcassonne. Les deux bourgs tombent rapidement, ils sont brûlés et détruits. L’enceinte de la Cité va résister à l’assaillant. C’est la sécheresse et la soif qui feront capituler le vicomte de Carcassonne au bout de deux semaines de siège. Il sera aussitôt jeté en prison où il mourra très vite. Dès la prise de la Cité les terres des Trencavel sont attribuées à un des Barons du nord, le célèbre Simon de Montfort. Son fils donnera ses terres au roi de France, qui les intégrera au domaine royal en 1224. Ce dernier événement est majeur dans l’histoire de Carcassonne. Après la tentative de révolte des Carcassonnais menée par le fils du vicomte Trencavel en 1240, Saint Louis chasse la population de la ville, et l’autorise à s’établir sur l’autre rive du fleuve : c’est la création d’une ville nouvelle. Une bastide est alors créée en contrebas de la Cité de Carcassonne.

Carcassonne devient alors une ville bicéphale où une concurrence acharnée a lieu économiquement et socialement entre Cité et Bastide. Progressivement, la Bastide Saint-Louis va prospérer économiquement au point de surpasser la Cité qui perd au fur et à mesure tous ses pouvoirs et son rayonnement politique. La ville basse est dotée d’un consulat en 1248. Six consuls gouvernent la ville aidés par des notables. Au XIV.me siècle, la ville est le premier centre de production textile du royaume, dont la matière première utilisée est la laine. Elle provient des élevages de la Montagne Noire et des Corbières. Les productions étaient exportées vers les grands comptoirs européens comme Constantinople ou Alexandrie. En 1348, la ville est touchée par la peste comme le reste du pays et l’épidémie est récurrente jusqu’au siècle suivant. À cette même période, la guerre de Cent Ans provoque de nombreux dégâts. Le prince Noir dévasta par le feu la ville basse en 1355 en épargnant la cité de Carcassonne. Un siège aurait été trop long et l’aurait ralenti dans son entreprise de pillage. La bastide fut reconstruite (mais seulement la moitié de la bastide) et fortifiée en 1359. L’industrie du drap reprend et se développe.

Ce contenu a été publié dans Pays Carcassonnais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.