La pêche à la truite

La pêche à la truite

Peinture de truite fario

Pêcher la truite aux appâts naturels

Lorsque les températures montent et que l’été approche, la rivière apporte une manne considérable de petites bêtes appétissantes.

Le pêche aux appâts naturels se pratique plutôt lorsque le niveau de l’eau baisse pendant l’été. De ce fait, il faudra allier discrétion et finesse. Plus la saison avance, plus le régime alimentaire de la truite se diversifie. On peut siter bon nombre de larves, crustacés, nymphes, insectes terrestres…

Récolter les larves et vers en soulevant les pierres aux abords de la rivières. Fouillez près des herbes et des débris végétaux, vous ne serez pas déçus. A vous les gammares et les larves d’éphémères. Conservez tous ces appâts naturels sans une boîte avec de la mousse humide.

Le montage est simple. Le corps de linge ne dépassera pas le 16/100 et le bas de ligne de 40 à 50 cm sera en 10 ou 12/100. L’hameçon sera du n°8 au n°12 en fonction de l’esche. Plombez le moins possible votre ligne et prospecter le moindre courant ou veine d’eau. La discrétion est capitale. N’éveiller pas la méfiance des truites.

Très grosse truite postée

Évidemment, l’aube et le crépuscule sont des moments à privilégier. Les truites sont très actives pendant ces moments là. Placez vous loin en amont et laisser dériver votre ligne grâce aux courants.

Pour cette pêche une canne légère et nerveuse est parfaite. Prévoir une bonne longueur ( 5 à 7 mètres). Pour les lignes flottantes, une canne plus courte à anneaux est préférable. (canne anglaise). Le moulinet est indispensable pour pouvoir lancer.



Les commentaires sont fermés.